Bromont Ultra 2018, 80 km

Dimanche le 7 octobre dernier, j’ai eu la chance de participer pour une 2e fois à la course de 80 Km du Bromont Ultra. Et quand je dis chance c’est pour deux raisons, premièrement je me considère chanceux d’être en santé et de pouvoir participer à ce type de course et en plus j’ai eu la chance de recevoir une invitation de la part des organisateurs du Bromont Ultra. Je tiens encore une fois à les remercier.

J’ai eu un gros début de saison côté courses, 50 km à Bear Mountain, 20 km à Sutton et 75 km au Québec Méga Trail. Par la suite mon plan était de prendre cela plus relax pour le reste de la saison. Pour le Bromont Ultra, le plan initial était que je sois pacer lors des 15 derniers km de mon ami Sébastien Moreau pour son premier 80 km. Mais suite à l’invitation de l’équipe du BU, j’ai pris quelques semaines pour réfléchir. J’avais relativement peu de km dans les jambes, environ 35-40 km par semaine, mais j’ai tout de même opté pour le 80 km.

Dans les jours précédents la course, l’excitation est à son comble et c’est toujours magique de pouvoir partager cela avec des amis. C’est aussi toujours dans ces moments que les petits bobos refont surface, c’est comme si notre corps devenait tout à coup extrêmement sensible à tous les moindres petits signes.

Il y a deux ans, lors de mon premier 80km, j’avais décidé de courir sans pacer. Pour cette année ma blonde m’accompagnera pour les 15 derniers km

gars80BU2018

Les boys du CTB prêts pour le départ du 80km. Martin Boucher, Sébastien Moreau, Patrice Fausse, moi-même et Maxime Lamarche. Absent de la photo, Alister Gardner qui se préparait à gagner :). Photo : Julie Brunet

7 octobre 2018, 3 :30 AM

Après avoir pris la photo avec mes amis du Club de trail, c’est sous la pluie que le départ est donné, je décide de partir un peu plus rapidement qu’à mon habitude, mais pas trop, il reste quand même 80km. La brume est aussi de la partie ce qui rend la vision à la frontale difficile. Au sommet on n’y voit rien, heureusement je connais le sentier, je profite de la descente pour dépasser plusieurs coureurs. La montée de la Prétentieuse se fait dans le calme, disons que ça ne jase pas trop. C’est à ce moment que je retrouve un ami du club Patrice, nous allons courir une bonne partie de la course ensemble par la suite. Au sommet, un groupe de 20 coureurs environ cherche les drapeaux, pas évident avec cette brume, je les guide un peu avec les souvenirs que j’avais du parcours et on retrouve assez rapidement le sentier. La descente vers le 2e ravito se passe bien pour moi, pas de chute malgré la boue dans les sentiers. J’arrive au 2e ravito dans le temps que j’avais estimé. Finalement je ne prends pas le temps de déjeuner malgré le magnifique ravito !

Je repars avec Pat pour une section plus roulante. Un gros merci à lui, à deux c’est plus facile, je ne me donne pas le choix, je cours les faux plats montants. Pat commence à avoir des crampes, il ralentit un peu… mais restera non loin derrière. J’arrive à la section de l’érablière, une section boueuse, mais une partie de celle-ci semble avoir été travaillée et améliorée, la lumière du jour prenant tranquillement naissance, la vue au sommet est très belle malgré la brume qui persiste quelque peu.

J’arrive finalement chez BOB, ravito du 33e km avec 5 minutes d’avance sur mon temps, après 4h30 de course. Ma blonde est là pour m’accueillir ainsi que Pascal qui m’encourage et qui est là aussi pour suivre Sébastien Moreau. Je prends d’ailleurs des nouvelles de lui, ils m’informent qu’il est quelques minutes devant moi et que malheureusement des blessures refont surface.

Je repars pour une nouvelle section, une section de trail qui remplace une section de chemin de terre, wow, c’est super beau, mais c’est aussi de la montée, pas technique, mais plus lente que de la route. Je fais quelques km sur route par la suite et j’arrive au lac Bromont. Je refais le plein rapidement, les km de route ont fait mal, je me questionne, suis-je parti trop rapidement pour mes capacités ? La section jusqu’au p7 est plus difficile et j’arrive au ravito avec une bonne crampe au mollet.

Après avoir refait le plein, je branche ma montre sur une recharge portable, et je place le tout dans mon dos, et ce pour les 19 prochains km. A partir de ce moment, j’ai eu comme un 2e souffle, j’ai couru quand j’ai pu et marché d’un bon pas pour le reste, mais tout en étant confortable. Cette section est la plus difficile mais c’est vraiment un avantage de savoir à quoi s’attendre. Je savais que j’avais plusieurs montées, alors je l’ai décortiquée en plusieurs petites sections. C’est un peu après le sommet du Mont Horizon que j’ai rejoint mon ami Sébastien qui m’a malheureusement informé que les blessures avaient raison de lui pour cette fois, il allait abandonner au prochain ravito. J’ai eu envie de le motiver à poursuivre, c’est souvent le mental rendu là, mais connaissant son historique de blessures des derniers mois, c’était probablement une très bonne décision de sa part. J’étais bien déçu pour lui mais bon… vaut mieux continuer et ne pas tourner le fer dans la plaie.

ravitosurprise2018

Photo: Chantal Bédard

Environ au 57e km, j’arrive au ravito surprise de Chantal en bonne forme.  Plus que 8 km avant le dernier gros ravito, celui de lac Gale où une bonne partie de la gang du Club de trail de Bromont est bénévole. De plus, je suis très motivé à retrouver ma pacer. À ce moment-là je dirais que le mental va très bien mais le physique commence à me parler, les mollets veulent cramper lors de monter plus abruptes, je monte un peu de coté en alternance et ça aide un peu.

65e km, Ravito du lac Gale, c’est avec beaucoup d’encouragements que je suis accueilli, ma blonde est prête à partir avec moi, je me sens bien mais c’est difficile pour moi de manger, j’ai plus le goût de rien, j’ai même refusé du bacon! À ce moment, je constate que j’ai 30 min d’avance sur mon temps estimé. Je fais le plein et on repart sans trop tarder pour un dernier 15 km. Marie me donne le rythme, je lui demande de jogger devant moi, cela me motive beaucoup à courir certaines parties dans lesquelles j’aurais peut-être marché si j’avais été seul. On découvre une nouvelle partie du mont Gale, plusieurs amis coureurs du 25km nous dépassent et cela me motive, on « s’accroche » parfois à eux pendant quelques dizaines de mètres.

La dernière montée du mont Gale est difficile, mais j’avance toujours et je réussis encore à courir plusieurs sections moins abruptes. Après la crête nous arrivons sur les terres de la colline du Chêne, la vue est magnifique, c’est à couper le souffle. Un bénévole nous informe qu’il reste 4 km, on pensait 6… mais bon on se garde du jus quand même, 2 km c’est rien mais rendu là, t’sé quand tu penses terminer et qu’il en reste deux… finalement le bénévole avait bien raison, je jog le dernier 500m côte à côte avec ma belle amoureuse et je complète le tout en 11h25 min, très très heureux ! Plus rapide d’une heure sur ma prédiction, soit j’ai fait une bonne course ou une prédiction de merde !

Si je compare à mon 80 km en 2016, celui de cette année était environ 3km plus court mais avait un dénivelé de 600m de plus. Une course de 78,5 km avec environ 3500m de d+. Je suis grandement satisfait de ma course. Un gros bravo à mes amis du Club qui ont couru différentes distances au BU. Merci aux bénévoles du BU. Maintenant, c’est le temps de se reposer un peu !

bu2018pacer

Photo: Audrey Laroquette

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Bromont Ultra 2018, 80 km

  1. J-f Gauthier dit :

    Avec toute tes histoire inspirante tu me force la main à dire oui aux 50km du beat mondain… il faut maintenant que j ose m inscrire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s